BOBINE

RETROUVEZ VOS FILMS DE FAMILLE EN LES TRANSFERANT SUR DVD !

Super 8

Le Super 8 est un format de film cinématographique, lancé par Kodak en 1965 pour le cinéma amateur. De la même largeur que le film 8 mm mais avec des perforations plus petites, ce nouveau format présente une surface d’impression agrandie de 36 %.

L’image mesure 5,69 × 4,22 mm, soit un ratio de 1,35:1 (proche du format 4/3 de la télévision classique). Le Super 8 a été le format le plus utilisé par les cinéastes amateurs, et pour cause : il était beaucoup plus courant, accessible et moins onéreux que d’autres formats (le 16 mm par exemple). En 2016, on peut toujours se procurer du matériel super 8 sur Internet.

Avant la généralisation de l’enregistrement vidéo VHS, le film Super 8 sonore conditionné en cassettes sans rebobinage a servi pour la diffusion de films et autres programmes réalisés dans des formats professionnels, notamment dans les avions par les compagnies aériennes. Dans la cassette sans rebobinage, l’appareil prélève le film à la périphérie sur un plateau tournant et le remet au centre de la galette, qui n’est pas serrée. Le système évite les accidents fréquents au rebobinage rapide, mais use rapidement le film, dont les spires frottent l’une sur l’autre.

8 mm

Le 8 mm est un format de film de cinéma amateur lancé en 1932 par Kodak utilisant une pellicule de 8 mm de largeur (image 4,9 × 3,6 mm, soit un rapport de 1,36:1). La première version, la plus courante, dite type R1 ((en) reverse), utilise un film de 16 mm avec des perforations particulières au format. Ce système a l’avantage de profiter des machines de développement 16 mm. On produit plus tard des bobines de film de 8 mm coupé dès avant la prise de vues. Initialement muet, le film pourra ensuite enregistrer un son magnétique sur une piste couchée entre les perforations et le bord avec un décalage de 56 images.

En 1965, il évoluera en Super 8, mais sans jamais disparaître (on trouve toujours de la pellicule) en gardant la même largeur mais avec des perforations plus petites, donc une image agrandie de 36 %, de meilleure qualité, et surtout, de maniement beaucoup plus pratique grâce à des cassettes facilitant le chargement et codant, par des encoches, la sensibilité du film.

Le format n’a pas disparu : il est toujours possible de trouver de la pellicule vierge et donc de filmer en 8 mm.

9,5 mm

La particularité de ce format réside dans la présence, entre chaque image, de perforations d’entraînement centrales. Cette géométrie permettant ainsi d’utiliser toute la largeur du film présente un avantage évident : une plus grande image. Le matériel 9,5 mm a généralement été de grande qualité et les films tournés dans les années 1920 (et par la suite bien entendu) ont survécu et sont encore tout à fait projetables. De très nombreux appareils de prise de vues et de projections fonctionnent d’ailleurs toujours parfaitement aujourd’hui.

Le format n’a pas disparu : il a fêté ses 90 ans en 2012 et suscite de plus en plus d’intérêt, notamment parce que beaucoup de films ne sont plus disponibles qu’en 9,5 et que les films amateurs tournés dans ce format, par leur âge et les possibilités financières des premiers cinéastes amateurs (voyages lointains par exemple) présentent un intérêt. Plusieurs clubs existent encore dans le monde (dont le Ciné-Club 9,5 de France) et il est toujours possible de trouver de la pellicule 9,5 . Chaque année, plusieurs festivals 9,5 sont organisés dans plusieurs pays.

16 mm

Le format 16 mm est celui d’une pellicule cinématographique d’une largeur de 16 mm. Lancé par Kodak en 1923, le but était de proposer un format et un matériel beaucoup plus économique, plus léger et plus facile à mettre en œuvre que le 35 mm standard, d’abord pour le cinéma amateur, mais aussi pour la prise de vue en reportage. Le 16 mm a aussi été le format des scopitones. Il est devenu progressivement un format professionnel pour le reportage et les fictions de télévision, pratiquement abandonné aujourd’hui au profit de la vidéo, depuis l’avènement de formats professionnels broadcast, mais il est encore utilisé par certaines productions dans sa déclinaison en format Super 16.

La pellicule présente une perforation par image, à la hauteur de l’inter-image. À l’origine, le film présentait des perforations de chaque côté, mais l’apparition du cinéma sonore synchrone rend nécessaire de disposer d’une piste (sonore magnétique ou optique) et a généralisé l’usage du film à perforations sur un seul côté. La taille de la fenêtre à la prise de vue et la taille de l’image projetée sont comme toujours légèrement différentes. La fréquence standard est de 24 images par seconde.Le rapport d’image standard est 1,37:1. La taille de l’image obtenue à la prise de vue est de 10,22 × 7,42 mm

NOS TARIFS TRANSFERTS

Type de support FormatPrix Remarques

Bobine


Super 8
8 mm
9.5 mm (Pathé baby) *
16 mm


2,40 € / minute


1,50 € prise en charge par bobine

* 10 € prise en charge
par bobine 9.5 mm

VidéoVHS
VHS-C
Hi-8
Vidéo 8
Digital 8
Mini DV

0,55 € / minute
0,45 € / minute à partir de 120 min
AudioCassette audio
Vinyle (78, 33 et
45 tours)
0,55 € / minute
0,45 € / minute à partir de 120 min
Image fixeDiapositive / négatif photo




Photographie



Plaque de verre

de 1 à 200 diapos 0,49 € / diapos
de 201 à 500 diapos 0,45 € / diapos
501 diapos et plus 0,40 € / diapo


de 1 à 200 photos : 0,80 € / photo
à partir de 200 photos : nous consulter


nous consulter (tarif en fonction du format)

Format professionnelS-VHS
Beta SP
Beta numérique
U-Matic
HDV
DV Cam
HD Cam
Bande magnétique audio
Nous consulter

Support numériqueClé USB
Carte mémoire (photo, vidéo)
DVD
Disquette
Disque dur
Téléphone portable
Nous consulter